Compétences en termes de changements

Accueil » Compétences en termes de changements

Qu’il s’agisse des changements liés au numérique ou à l’énergie, le développement durable nécessite l’identification, la prise en compte et la gouvernance des différents types de changements (subis ou choisis, perceptibles ou non, réversibles ou non…) et pose la question de la nature des changements (amélioration, atténuation, adaptation, transformation).

Quelques mots-clés…

Largeur des changements – Nature des changements – Profondeur des changements – Freins et leviers de changements – Gestion des changements – Prise de recul sur les changements

Comprendre en vidéo…


Se poser les bonnes questions…

  • Votre projet prend-il en compte la largeur des changements à envisager, c’est-à-dire par exemple le nombre de personnes touchées et/ou la diversité des changements à venir ? Avez-vous réussi à mobiliser des personnes non motivées avant le lancement de ce projet ? Jusqu’où les gens sont-ils d’accord pour s’engager ?
  • Signaux de changements : Les destinataires de votre projet vont-ils pouvoir prendre conscience de l’étendue de ces changements et de leur positionnement individuel ou collectif par rapport à ces changements ?
  • Signaux de changements : Avez-vous tenu compte des types de changements proposés dans votre projet (subis ou choisis, perceptibles ou non, réversibles ou non…) pour que les destinataires de votre projet puissent se les approprier et vous suivre ?
  • Nature des changements : Avez-vous envisagé des changements de type d’amélioration de la situation initiale, atténuation des effets négatifs ou valorisation des effets positifs, adaptation aux conditions actuelles ou à venir, ou transformation (véritable changement avec rupture) ?
  • Avez-vous pris le temps d’analyser les sous-tendus idéologiques de votre projet et de vous mettre d’accord sur les valeurs qui les sous-tendent (cf. compétence responsabilité) ?
  • Avez-vous pris le temps d’analyser les conséquences de votre projet en prenant en compte l’état initial des personnes et ce que cela aura réellement changé après sa mise en œuvre ?
  • Avez-vous pu identifier et prendre en compte les freins et les leviers qui permettront ou limiteront les changements que vous souhaitez induire ? Finalités de votre projet, dérives comportementalistes…
  • Votre projet permet-il aux participants de porter un regard critique (autres changements proposés, ne pas vouloir changer) et proactif (proposer soi-même d’autres changements estimés pertinents) ?
  • Subsidiarité : Votre projet permet-il aux participants de s’engager, de participer aux changements d’en orienter la direction ?
  • Ce projet permet-il de vraiment changer les choses à vos yeux où ne permet-il pas seulement aux personnes de se faire plaisir et de se donner bonne conscience ?