Présentation du FECODD

Présentation du FECODD

Ça veut dire quoi FECODD?

FECODD veut dire Formation, Éducation , Compétences et Objectifs du Développement Durable.

mais concrètement?

Nous faisons la supposition que les 17 Objectifs du développement durable seront difficiles à atteindre en 2030 et que nous devons agir dès maintenant. Nous pensons que pour les atteindre, il est indispensable de former aux compétences du monde de demain.

Tout le monde est concerné par les ODD….

Les 17 ODD  (pauvreté, faim, santé, éducation, égalité des sexes, eau, énergies, travail, résilience et innovation, inégalités, urbanisation, consommation et production, changements climatiques, conservation et gestion des océans et des écosystèmes terrestres, pacification et partenariats) couvrent tous les champs de la vie en société en se fixant pour 2030 des cibles (169) et des indicateurs (244) partagés par la communauté internationale (ONU). Les ODD sont donc une formidable opportunité internationale pour essayer de remettre en cohérence la diversité de ces champs : tout le monde ou presque traite d’un ou plusieurs de ces ODD. Portés par les états, les grands organismes internationaux (déclarations de l’ONU, UNESCO…) et la société civile, il s’agit d’une opportunité politique et pédagogique pour remettre plus de visibilité, de cohérence et d’ambition dans ces actions.

Mais il existe des risques…

Les risques des approches par les ODD sont de refragmenter des champs qui avaient (r)établi des interactions entre eux, de polariser certaines actions sur le long terme uniquement sans véritable vision prospective, de privilégier les visions du Nord, voire de perdre de vue la véritable finalité de certaines de ces actions. Les ODD sont opérationnels mais ne précisent pas les façons d’atteindre ces objectifs. Il existe donc des risques de dérives technocratiques, administratives ou managériales.

Une approche par les compétences…

Une approche par les compétences (entre autres par les métacompétences du guide DD&RS), devrait permettre de redonner du sens à ces ODD, en les envisageant de façon systémique et prospective, en questionnant le sens et la finalité des actions et nous poussant à nous interroger sur notre responsabilité  en tant que formateurs ou étudiants.

Une approche internationale et partenariale…

En septembre 2015, les 193 États membres de l’ONU ont adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030, intitulé Agenda 2030 en France. C’est un agenda pour les populations, pour la planète, pour la prospérité, pour la paix et par les partenariats. Il porte une vision de transformation de notre monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable. Ce projet ne peut donc se concevoir que dans une vision internationale et partenariale.

Former et éduquer, une nécessité…

Si les changements sociétaux et environnementaux en cours ne nécessitaient que des réponses de l’ordre de l’adaptation ou de l’atténuation, la formation pourrait se faire de façon classique. Mais les changements en cours conduisent à de véritables transformations de la société et nécessitent des approches éducatives innovantes, constructives dont on doit pouvoir mesurer l’efficacité.

Ce type de formation et d’éducation aux ODD, doit se fixer des objectifs pragmatiques mais ambitieux, contextualisés dans les différents cadres de formation, et mobiliser des outils d’analyse, de suivi et de mise en œuvre, opérationnels dans les différentes formations du supérieur. Ce projet s’appuiera donc sur les pratiques, les travaux de recherche et sur l’expérimentation associée à une évaluation des effets des pratiques et outils employés.

Ce projet s’inscrit donc dans une vision globale des différentes composantes universitaires (en lien avec la CPU), des différentes Écoles du supérieur (en lien avec la CGE) et des branches professionnelles. Son objectif est de permettre à tous les formateurs de pouvoir se saisir des ODD dans le cadre de ce qu’ils font déjà en formation tout en proposant des outils et des modalités pour aller au-delà des pratiques actuelles. Il s’agit aussi de proposer des pistes en termes de gouvernance et de curriculum prenant en compte les ODD.

Ce projet s’appuie sur les différentes missions de service public de l’enseignement supérieur : élaboration et transmission des connaissances, conseil et orientation des étudiants, diffusion de la culture scientifique et technique et enfin participation à la coopération internationale.

L’objectif de ce projet est donc, de s’appuyer sur les pratiques actuelles des formateurs (tout le monde parle plus ou moins de développement durable) pour aller au delà , par le prisme des ODD et des métacompétences DD&RS (ou/et des compétences professionnelles) en proposant des outils de formation et de suivi de projets contextualisés et efficaces.

Comité de pilotage du projet FECODD. Ce comité de pilotage étant ouvert et évolutif , sa composition sera constamment remodelée
(comité au 10 Novembre 2019)

Julie Alunno, (Déléguée générale REFEDD) ; Emmanuel Bakary (Univ Yaoundé 1, Cameroun); Annie Beka Beka (ENS Libreville, Gabon) ; Marco Barroca Paccard (Univ. Québec en Outaouais, Canada) ; Jean Louis Bougeret (Obspm), Jocelyne Bosson (AUF Abidjan, Cote d’Ivoire), Maryse Cadet (AMU), Jean Claude Coulet (LP3C Université Rennes 2); Muriel Cordier (AUF, France) ; Jean Pascal Derumier (RéUniFedd, Entreprise); Francine Depras (Cicè) ; Dominique Desbois (Inra-, AgroPariTech), Denis Dessagne (INSPE d’Aquitaine, Univ. Bordeaux) ; Marcelline Djeumeni Tchamabe (Univ. Yaoundé I, Cameroun) ; Félicie Drouilleau (CEREQ) ; Pierre Dutuit ; Sabine Duvaleix-Tréguier (Agrocampus Ouest) ; Luc Egger (Rectorat Grenoble) ; Christiane Ewane (Univ Yaoundé 1, Cameroun) ; Muriel Feinard-Duranceau (INSPE, Univ. Orléans) ; Stéphane Flament (Ensi Caen); Emeric Fortin (Ecole des Ponts, Paritech) ; Dominique Francon ( AMU); Ahmed Ghoutati (IUT, Univ. Clermont Auvergne) ; Nathalie Guilbert (Ec. Bio. Ind., Cergy-Pontoise) ; Benoît Grossiord (Bordeaux Sciences Agro) ; Nathalie Hector (emlyon business school);  Klara Kovesi (ENSTA Bretagne) ; Alain Legardez (AMU) ; Celine Leroy (CPU), Gerald Majou (CGE) ; Jean Louis Martinand (STEF Cachan), Céline Montero ; Didier Mulnet (INSPE Clermont Auvergne, UCA.) ; Vincent Robin (INSPE d’Aquitaine, Univ. Bordeaux) ; Valerie Rodier (IUT, Univ. Brest), Lionel Roucan (RéUniFedd, Ville de Cournon), Jaclyn Rosebrook-Collignon (Grenoble Ecole de Management); Rachel Sampson (Rectorat Orléans), Georges Sawadogo (Univ. Koudougou) ; Severin Zan Bi Irie (Univ. Alassane Ouattara, Cote d’Ivoire), Khaled Zouari (Univ. Clermont Auvergne)

  Didier.Mulnet@uca.fr coordinateur de ce projet fera le relai avec le comité de pilotage pour toute demande d’information.


2 réactions au sujet de « Présentation du FECODD »

  1. Bonjour …!
    Lentement mais surement se construit le site du FECODD. J’ose croire qu’il ne va pas tarder à arborer ses nouveaux habits dans les tout prochains jours. Le RAEDD est de tout cœur pour la réussite du projet qui annonçait déjà des couleurs depuis la tenue du colloque en juillet dernier.
    Amicalement !

  2. Le Projet FECODD est une plate forme entre les chercheurs et les praticiens du terrain , les éducateurs et les formateurs engagés à mettre en oeuvre l’éducation au développement durable et les objectifs de développement durable dans les dispositifs de formation. Le projet FECODD est un projet qui fédère les initiatives du Sud et du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *